Thaïlande

Je vous emmène à travers ce carnet de voyage à la découverte de la Thaïlande. Vous trouverez mon itinéraire et mes trucs et astuces pour organiser au mieux votre futur trip en Thaïlande !
Dernière étape postée il y a 11 jours
Novembre 2018
30 jours
1
nov
1
nov
Publié le 2 novembre 2018

Les premiers pas à Bangkok

Après une escale à Istanbul et plusieurs heures de vol, me voilà arrivée à Bangkok. Sans attendre, je passe sans soucis l'immigration et me dirige vers le sous-sol, car les taux de change sont plus intéressants à cet endroit (merci Cédric pour le conseil).

Pour atteindre le centre-ville, il y a plusieurs options. La moins onéreuse et plus rapide est d'emprunter le train, Bangkok Airport Rail link. Ce train se trouve également au sous-sol de l'aéroport et il emprunte ensuite une ligne aérienne. La durée moyenne est d'environ 30 minutes et pour atteindre la dernière station (Phayathai) cela coûte 45 bahts.

Arrivée à cette station, première petite galère ! Les bus indiqués sur Google Map n'existent pas, alors je marche, je demande à des thaïs qui tentent de m'aider, mais sans succès. On me conseille de prendre un taxi (voiture ou scooter), cette solution ne me convenant pas, j'essaie tant bien que mal à trouver un bus pouvant m'emmener au plus proche de mon auberge de jeunesse au centre de Bangkok (Krit hostel).

Je télécharge l'application Viabus, et je grimpe dans le premier bus qui se pointe devant moi. Manque de bol, personne ne parle anglais, alors tu as beau sourire le mec il attend que tu lui donnes ta destination pour que tu paies ton trajet ! Après avoir trouvé sur Google Map la station a laquelle je souhaite m'arrêter, il me demande 6 bahts (l'économie de fou par rapport au taxi !). Cependant le bus ne va absolument pas dans la bonne direction et m'éloigne plus qu'autre chose. Fatiguée et bien installée, je me dis qu'on verra bien. Je m'endors toutes les 5 minutes d'épuisement, mais tout est bien qui finit bien, le monsieur me réveille juste avant l'arrêt près de mon auberge 😀

À l'auberge, je fais une bonne sieste bien méritée ! Je démarre ensuite la mi-journée par me perdre dans les rues du quartier de Chinatown nommé "Yaowarat" par les locaux, un quartier très dépaysant où se mélangent traditions chinoises et thaïs. On y trouve des marchés innombrables de textile, de nourriture, de montres ainsi que des bijouteries d'or, des étals regorgeant des amulettes bouddhistes, etc... Un réel marché à ciel ouvert ! Cachés dans une minuscule ruelle, on trouve un petit temple au fond d'une cour : le Leng Buai Ia Shrine.

N'hésitez pas à emprunter les petites ruelles, où quasiment aucun touriste s'y promène ! Vous verrez alors l'authenticité de ce quartier.

Quelques photos du quartier chinois à Bangkok

Après une longue balade, une pause s'impose, je dîne dans une cantine de rue, un succulent repas : canard rôti avec du riz 😍

La journée se termine en grimpant la haute montée (340 marches resserrées qui donne l'impression de piétiner) de la montagne dorée, le temple Wat Saket y est perché en haut de cette colline et nous offre une vue imprenable sur Bangkok. C'est son chedi doré qui est à l'origine du nom de la montagne.

Au fil de la montée, nous y trouvons une verdure abondante ainsi que des cloches et clochettes que tout le monde fait sonner en y passant. Le temple et la ville illuminés de nuit est une belle expérience à faire.

Si comme moi, vous souhaitez le faire de nuit, il faut y aller avant que le haut ferme, soit 19 h.

2
nov
2
nov
Publié le 3 novembre 2018

Deuxième jour dans la capitale de la Thaïlande

En direction vers le palais royal, je m’arrête devant le Lak Muang. Peu de touristes lors de mon passage et une ambiance sereine règne sur ce lieu. Son entrée est gratuite. Il s’agit du sanctuaire du pilier de la ville de Bangkok, la tradition thaïe veut que le voyageur s’arrête au sanctuaire du pilier de la ville qu’il visite pour demander protection pour son séjour. Dommage et heureusement pour moi qui n'aime pas les endroits où ça grouille de touristes, qu’il soit situé près des innombrables temples et sanctuaires, il doit être sûrement un peu oublié…

City pillar shrine au cœur de Bangkok

Le grand Palais Royal est selon plusieurs personnes un incontournable à inclure à ses visites lors de son séjour à Bangkok. Le prix de son entrée est de 500 bahts, privilégiez une visite tôt le matin pour essayer d'éviter la foule touristique. Comme dans tous les temples, il faut se vêtir d'une tenue décente (épaules et les jambes couvertes). Ce lieu était autrefois la demeure du roi thaïlandais. À l'intérieur, on trouve en fait un complexe constitué du palais, des temples, des chapelles, etc. On y trouve également une réplique exacte des ruines d'Angkor Wat.

La plupart des touristes et surtout les locaux viennent ici pour le bouddha d'Émeraude situé dans le temple Wat Phra Kaeo. Ce bouddha est une statue en jadéite, grand emblème religieux et symbolique de la dynastie Chakri. (Pas de photos de cet emblème, car c'est formellement interdit !)

Personnellement, j'ai trouvé ce palais joli, mais pas aussi transcendant que décrit dans les récits. Je pense avoir été déçue par le nombre de touristes présents qui rendaient ce lieu étouffant!

A côté du palais royal se situe le Wat pho, c'est le plus ancien temple de Bangkok. Il abrite le grand bouddha couché, cette statue représente Bouddha sur son lit de mort prêt à aller au parinirvâna (nirvana final), elle fait 43 mètres de long et 15 mètres de haut, impressionnant !

Le Wat Pho est aussi réputé pour son enseignement du massage thaï traditionnel. Du 1er novembre au 11 novembre 2018, on y fête son 230e anniversaire : de nombreux stands de nourritures, de vêtements, des artistes et une scène avec des spectacles toute la journée (danses thaïes, combats, etc.). Les fonds récoltés lors de ce festival seront remis à une fondation pour le temple.

J'ai eu de la chance d'être présente lors cet événement, il y avait certes du monde, mais dès que l'on s'éloignait du Bouddha couché, c'était plus calme. Une très bonne ambiance règne dans ce temple et je m'y suis bien sentie. Le prix d'entrée est de 100 bahts avec une bouteille d'eau.

En face du Wat Pho se trouve le Wat Arun, pour m'y rendre je prends un bateau pour traverser le fleuve Chao Phraya (4 bahts). Il faut savoir que le bouddha d'Émeraude fût d'abord installé dans ce temple avant de le déménager au palais royal.

On trouve 4 prangs à chaque extrémité du temple et un prang central de trois niveaux qui représente de bas en haut : le Traiphum, qui évoque les trente et un mondes de la réincarnation, le paradis Tavatimsa, la sphère des trente-trois dieux, où tous les désirs sont exaucés, et le Devaphum, le sommet du mont Meru surmonté de la foudre, l'arme d'Indra. C'est vraiment un bel édifice qui vaut le détour, attention les escaliers sont très hauts et peuvent donner le vertige ! Le coût d'entrée est de 50 bahts.

Devant le temple se trouvent 2 chapelles. À l'intérieur d'une chapelle, j'ai eu le droit à une bénédiction par un moine qui m'a remis un bracelet, signe de bonne santé, de bienvenue et de bonheur. Pourvu que ça fonctionne ! 😊

Sur le chemin du retour, j'aperçois un temple où personne n'est à l'intérieur, je demande à une personne de la sécurité si je peux y entrer, qui me fait signe de venir. Le Wat Ratchabophit a été construit en 1869 pendant le règne de Rama V, l'élément principal qui est le chedi est impressionnant, son entrée est gratuite et il est rarement visité par les touristes trop préoccupés dans les allées voisines du Wat Pho et Wat Phra Kaew. En tout cas il vaut le détour ! 😍

Finir sa journée en passant devant les innombrables magasins de bouddhas géants et avec un coucher de soleil sur le Giant Swing, ça n'a pas de prix !

Cette balançoire géante était autrefois l'objet de cérémonies bien particulières. Elle était utilisée par des brahmanes qui, en se balançant le plus haut possible, tentaient de décrocher des sacs remplis d'argent disposés au sommet du portique (des grands malades!), ce rituel était dédié à Shiva. Cette tradition beaucoup trop dangereuse a été interdite en 1935.

3
nov
3
nov
Publié le 4 novembre 2018

Aujourd'hui, je me dirige vers les marchés flottants, plus particulièrement celui du Taling chan, je prends le bus comme une pro et arrive devant un temple. Ce temple très sympathique m'intrigue, surtout que j'entends des voix de moines tel un appel à la prière. Je les suis jusqu'à l'entrée et effectivement les moines vêtus de leurs robes orange étaient tous assis en face du grand bouddha en train de réciter leurs prières, trois fois d'affilée.

Je me promène ensuite près du Wat taling chan, mais ne vois aucun marché flottant, seulement des stands de nourriture au bord de la rivière, mais tout aussi sympathique. Partie pour faire une excursion en bateau, je ne trouve pas d'information que j'avais trouvée sur internet la veille qui consiste à visiter 3 marchés flottants (Taling Chan, Klong Lat Mayom Floating Market et Wat Saphan Floating Market). Je demande à plusieurs reprises, mais c'est très local et personne ne parle anglais. Je marche je marche, en essayant de trouver où se trouve ce marché flottant, puis une jeune fille m'interpelle "do you need some help ?" Et m'aide alors à trouver le marché flottant de Taling chan. Avant d'arriver sur la rivière, on longe un marché aux mille saveurs : poissons, viandes, fruits, fleurs, etc.

Au bout, je retrouve enfin le bureau d'information, je fais la queue et on me dit que le tour est complet. Dommage, il avait l'air vraiment chouette... 3 heures pour 3 marchés avec un repas et un départ à 9h45 pour seulement 99 bahts. Si vous souhaitez faire cette excursion en bateau, prévoyez d'être là bas avant 8h00 pour espérer avoir une place. Je profite donc de cet unique marché flottant qui est très sympathique.

Floating Market Wat Taling Chan 

Ayant plus de temps de prévu, je me dirige vers la maison de Jim Thompson. Moi qui pensais être une pro du bus, finalement la personne à laquelle j'ai montré l'arrêt auquel je voulais descendre me fait signe de descendre à un autre arrêt... Super... Je grimpe vite dans un autre bus pour rejoindre ma destination et fait ma première expérience du bus sans climatisation, fenêtre ouverte, cheveux aux vents, digne d'un film !

Jim Thompson, ancien agent de l'OSS, tomba amoureux de la Thaïlande et fût construire une résidence constituée de 6 bâtiments en teck, ayant pour certains plus de 2 siècles et venant de différents villages thaïlandais. Il était passionné par la soie tissée à la main et relança cette industrie. Cette maison traditionnelle est un réel havre de paix entouré d'une végétation tropicale qu'il adorait.

À l'intérieur de la maison, plusieurs fenêtres ont été transformées pour exposer des statues. Les seuils de portes sont élevés pour empêcher les enfants de sortir des maisons, les serpents et les esprits (car en Thaïlande ils passent apparemment par le bas). Sa maison était et est toujours un musée d'objets d'art : peintures, des laques birmanes, des bronzes cambodgiens, des poteries Ming, des porcelaines Benjarong, etc.

Le prix d'entrée est de 200 bahts comprenant un guide obligatoire. Les photos sont interdites à l'intérieur de la maison.

Je prends mon repas au bord du lac au parc Lumpini. Assise au plus proche de l'eau avec mon pad thaï dans les mains, je vois un reptile s'agiter dans l'eau ! Grosse frayeur, en pensant que c'est un crocodile, je cours vers le banc pour finir de manger "tranquillement". Cette créature se rapproche et finir par sortir de l'eau (un peu plus loin de là où j'étais installée...ouf). Au final, c'était un varan gigantesque 😅

N'ayant pas dépensé beaucoup d'argent et étant fatiguée, je ne me vois plus remarcher pour revenir vers le Wat Suthat, temple proche de mon auberge. Je me laisse le luxe de prendre un taxi en scooter à l'aide de l'application Grab, équivalent à Uber. C'est une superbe expérience, on a vraiment l'impression de faire partie d'un gang quand on se déplace en scooter avec le nombre de scooters présents (même une personne en béquilles, preuve en photo) dans les rues de Bangkok. Arrivée au Wat Suthat, mon chauffeur ne parvient pas à accéder devant le temple à cause de militaires qui bloquent le passage.

Drôle de situation, il me laisse un peu plus loin et je tente de marcher en direction de ce temple, un militaire me bloque la route. Je ne comprends pas ce qu'il se passe, un commerçant me dit avec grande joie "The king is coming, the king is coming" ! Donc vous l'aurez bien compris, j'ai bien vu le Roi Rama X, je ne pensais pas qu'en venant en Thaïlande, je verrai le roi !

Petite photo avec l'armée Royale devant le Wat Suthat  

Petite promenade dans les différents marchés de fleurs et au retour à ma grande surprise le Wat Suthat était accessible gratuitement au public ! C'est l'un des six temples royaux de Bangkok. Un très beau temple qui vaut le détour pour admirer la statue de Bouddha appelée Phra Sri Sakyamuni tout droit venu de la province de Sukhothai.

4
nov
4
nov

Quelques temples à admirer à Bangkok

Dernier jour à Bangkok, il me reste du temps pour découvrir encore quelques temples à proximité de mon auberge. Le Wat Ratchanatdaram Worawihan, temple récemment rénové et très peu connu du grand public. Calme et sérénité sont les maîtres-mots dans cet endroit. À l'intérieur du temple, nous trouvons le Loha Prasat (château de métal), pagode au sommet en métal, rose en forme pyramidale, unique au monde. Haut de 36 mètres et entouré de 37 spires symbolisant les 37 vertus vers l'illumination.

Un réel labyrinthe de 6 étages dédié à la méditation et à la paix intérieure. Le dernier étage est consacré au Nirvana et nous offre une vue splendide sur Bangkok. Pour l'entrée de ce château de métal, on vous demandera une donation de 20 bahts. Un lieu extraordinaire, différent des autres temples à Bangkok, que je vous conseille de faire !

Le dernier temple que je visite est le Wat bowonniwet vihara, il fait parti des temples royaux à Bangkok. Un bouddha d’or impressionnant, autour de beaucoup de lumières et de fleurs, le tout dans un beau palais de marbre. L’entrée de ce temple est gratuite.

En route pour Kanchanaburi

Je quitte l'auberge pour me diriger vers la gare de Thonburi. Le bus me dépose à un arrêt situé à 20 minutes de marche, pas évident lorsqu'on est chargé comme un mulet avec cette chaleur 😅 Comme si on m'avait entendue râler, un Thaï s'arrête à ma hauteur en scooter et me demande où je vais, je lui indique la gare, il me propose gentiment de me déposer. Finalement, le trajet était plus rapide que prévu, me voilà sauvée !

Le train en direction de Kanchanaburi coûte 100 bahts et dure environ 2h30. Pas le temps de s'ennuyer, mais plutôt le temps d'apprécier les doux paysages thaïlandais.

Arrivée en fin d'après-midi, je profite du coucher de soleil depuis le pont de la rivière Kwaï, construit pendant la Seconde Guerre mondiale par des travailleurs forcés sous les ordres de l'Armée impériale japonaise.

Et puis, je termine ma journée par un repas délicieux au marché de nuit qui est situé en face de ma nouvelle auberge de jeunesse 😍 de quoi se régaler !

5
nov

Les cascades d'Erawan près de Kanchanaburi

Dans le parc national d'Erawan se situent les cascades d'Erawan, elles tiennent leur nom de l’éléphant mythologique Erawan. Les cascades sont composées de 7 niveaux accessibles grâce à des chemins de forêt tropicale. Il est possible depuis Kanchanaburi de prendre un bus pour 50 bahts jusqu'au parc, dont l'entrée est de 300 bahts (attention, le dernier bus pour rentrer est à 17h00).

Arrivés dans le parc, nous sommes directement allés au 7ème niveau. Les premiers niveaux sont facilement accessibles, et à partir du 5ème niveau, le chemin devient de plus en plus escarpé et plus glissant ! Ne faites donc pas la même erreur que nous et prenez plutôt de bonnes chaussures ou des bonnes sandales que des tongs 😅 Nous avons donc parcouru la plupart du temps le chemin pieds nus (à ce qu'il paraît c'est bon pour la santé !)

C'est au bout d'une heure et demie après avoir bien transpiré que nous arrivons au sommet de ces cascades quasi seuls au monde, et là je n'ai pas de mots pour vous décrire à quel point c'est magnifique !

La cascade au niveau 7 dans le parc d'Erawan 

Nous profitons du moment présent, et descendons à notre rythme afin d'apprécier les autres cascades. Nous nous arrêtons à la 6ème cascade bien cachée, car le panneau était positionné à l'envers (nous l'avons remarqué en partant). Nous avons pu alors nous baigner dans cette eau quasi turquoise avec en prime une fish pedicure (il y a des poissons mangeurs de peaux mortes dans tous les bassins d'Erawan) gratuite et profiter de cet endroit sans que personne vienne ! Nous étions au bon endroit au bon moment 😊

La cascade au niveau 6 dans le parc d'Erawan

Je vous laisse découvrir cet endroit en photo !

6
nov
6
nov
Publié le 7 novembre 2018

Direction Ayutthaya 

Avec Gabriel, Dan et Edoardo, nous prenons un bus depuis Kanchanaburi jusqu'à Ayutthaya. Pour arriver à la station de bus de Kanchanaburi, nous mettons 20 minutes à pieds, de quoi bien être réveillé (ou pas!). Nous prenons un premier bus qui nous emmène à Suphanburi pour 50 bahts puis un mini-van jusqu’à Ayutthaya pour 80 bahts.

Découverte d'Ayutthaya en fin d'après midi 

La personne qui s’occupe de notre nouvelle auberge (Nakara Hostel) est plus qu’adorable et nous donne plusieurs conseils sur les choses à faire ici. Avec Gabriel, nous commençons par un tour en bateau autour de la vieille ville d’Ayutthaya où nous rencontrons Jonna, une Hollandaise.

Cette agréable balade sur le fleuve dure environ 2 – 3 heures et s'arrête pour découvrir 3 temples. Le premier temple est le Wat phanan choeng, il a été construit 26 ans avant la création officielle de la ville en 1351. À l’intérieur, nous trouvons une immense statue de Bouddha assis en méditation. Il y a une légende qui raconte que la statue de Bouddha a pleuré le jour du sac de la ville par les Birmans.

À côté se trouve un temple chinois, d’une divinité nommée Lady Mother Soi Dok Mak, où nous trouvons à l’étage sa statue.

Le deuxième temple était malheureusement en cours de rénovation.

Le troisième et le dernier temple où nous nous arrêtons pour le coucher de soleil est le Wat Chai Watthanaram, monument incontournable à Ayutthaya. Il fut construit en 1630 par le roi Prasat Thong, le style d’architecture est de type Khmer. L’entrée est de 50 bahts.

Plus tard dans la soirée, nous retrouvons Dan et Edoardo au marché de nuit, où nous mangeons un délicieux Pad thaï !

7
nov
7
nov
Publié le 8 novembre 2018

Parc historique d’Ayutthaya 

Gabriel, Jonna et moi profitons de la location de vélo (50 bahts pour la journée) dans notre auberge pour découvrir le Parc historique d’Ayutthaya, ancienne capitale du royaume de Siam et aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Wat Maha Tat, est l’édifice le plus imposant du site avec la célèbre tête de bouddha enveloppée dans les racines. On y trouve également de nombreuses statues de Bouddha décapité depuis le sac d’Ayutthaya par les Birmans. Une légende raconte que lorsque les Birmans ont saccagé la ville et décapité ces statues, une tête aurait roulé et fut protégée du sac par les racines de l’arbre. L’entrée est de 50 bahts.

Le Wat Lokayasutha est un ensemble de temples en ruines où se trouve un énorme Bouddha blanc couché de 42 mètres de long et 8 mètres de haut.

Le Wat Thammikarat, un temple complètement différent du fait de plusieurs statues d’animaux. Autour de la statue du roi Naresuan se trouve une invasion de coqs (selon les Thaïs, le coq est la réincarnation du roi). Ce temple est actif et c'est un endroit agréable pour s'asseoir ou s’allonger sur les bancs au milieu des ruines, le temps de se reposer !

Flâner à vélo à Ayutthaya était vraiment une chouette idée ! Cela vous permet de découvrir des temples parfois excentrés (il faut tout de même rester prudent sur la route !), puis avec une chaleur insupportable vaut mieux prendre un vélo pour sentir les petits courants d'air rafraîchissants !

Ce soir, je prends le bus de nuit à 21h40 pour atteindre ma prochaine destination : Sukhothaï 😀

8
nov

La nuit fût très courte, malgré le petit retard que le bus a pris au départ (nous sommes partis vers 22h00 au lieu de 21h40…) nous arrivons à l’heure, soit 4h00 à la station de bus de Sukhothai. Ayant réservé une auberge de jeunesse dans la vieille ville, je profite du temps qu’il me reste avant de prendre un second bus pour rattraper mon retard de série sur Netflix.

À 6h00, le bus part pour la vieille ville, nous traversons le nouveau Sukhothai qui est très animé à cette heure-ci, les écoliers et les travailleurs empruntent le même bus. Arrivée à l’auberge de jeunesse (Woodbridge hostel : 200 bahts la nuit), je laisse mes affaires dans un casier et pars à l’aventure.

Je loue un vélo pour la journée (30 bahts) afin de me perdre dans le parc historique de Sukhothai, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La ville de Sukhothai « l’Aube du bonheur » était la première capitale du royaume de Siam entre le XIIIe et le XVe siècle jusqu’à son annexion au royaume voisin d’Ayutthaya. Le parc est divisé en 3 parties : la zone centrale, la zone nord et la zone ouest. À chaque entrée de parc, on vous demandera 100 bahts et un supplément de 10 bahts si vous vous déplacez à vélo.

Je me promène avec mon superbe vélo, et je ne croise pas un chat puisqu’il est très tôt (le parc ouvre à 6h00). Dans la partie centrale se trouve le plus grand temple de ce parc : le Wat Mahatat qui était le sanctuaire royal de Sukothai. Le monument principal de ce temple est le grand chedi en forme de bouton de lotus. Les autres monuments importants sont un vihara (une salle d’assemblée), un mandapa (un pavillon pour abriter une statue de Bouddha) et un ubosot qui est une salle d’ordination ainsi que 200 chedis secondaires.

Près du Wat Mahatat se trouve le Wat Sa Si construit au milieu d’un lac appelé Tra Phang Tra Kuan. À l’entrée du site se trouve une statue du Bouddha marchant, qui représente le Bouddha en mouvement.

Le Wat Tra Phang Ngoen est parfois oublié des visiteurs, car il se trouve à l’arrière de cette partie centrale. À l’entrée se situe un Bouddha marchant, puis un Bouddha blanc avec un visage tout souriant, paisible.

Le Wat Si Sawai est un des temples les plus anciens du parc, il semblerait qu’il a été construit vers la fin du 12 ème siècle avant la fondation du royaume de Sukhothai. Ce temple est témoin de l’influence Khmer par ses 3 prangs couvertes de stuc et décorées par diverses divinités.

Je me dirige ensuite pour découvrir les merveilles dans la partie Nord. On y trouve le temple du grand vent, le Wat Phra Phai Luang, qui était autrefois le second centre religieux le plus important de la ville. Il est situé sur un îlot au milieu d’un réservoir, il possède un prang de style khmer encore en état alors que les deux autres se sont écroulés. Dans les ruines se trouvent les restes d’un Bouddha debout.

A quelques mètres du précédent temple se trouve le Wat Si Chum qui abrite un immense Bouddha de 11,30 mètres de haut, nommé Achana (qui signifie celui qui n’a pas peur) assit la main droite tournée vers le sol, symbolisant la victoire de Bouddha sur le mal incarné par le démon Mara. A côté se trouve un manguier âgé de 200 ans et un autre Bouddha souriant, c’était si paisible de s’asseoir en face de celui-ci et de le contempler. C’est un endroit que vous aurez du mal à quitter.

Je m’oriente ensuite dans la partie forestière qui est la partie ouest du parc historique de Sukhothai. Les routes sont très agréables à parcourir à vélo, on passe à côté de maisons typiquement thaïes, à côté de champs où on voit des paysans cultiver, etc.

Je m’arrête au Wat Chedi Ngam, situé sur un mont et atteignable par un chemin d'ardoises, ce temple abrite un chedi sur une grande base carrée permettant aux moines de pratiquer la méditation.

Le plus imposant temple dans cette partie est le Wat Saphan Hin. Situé en haut d’une colline et accessible par un chemin d’ardoises, le temple abrite un énorme Bouddha debout. L’ascension en plein cagnard est rude, mais vaut largement le coup ! Arrivé au sommet, l’endroit offre une splendide vue sur les campagnes.

Dans cette partie il y a d’autres temples moins imposants mais tout aussi intéressant comme le Wat Khao Phra Bat Noi, le Wat Mangkorn, le Wat Hip Bon, le Wat Tuk, etc.

Ce parc historique est un réel havre de paix, si vous êtes en Thaïlande, n’hésitez surtout pas à vous arrêter à Sukhothaï. Comparées à Ayutthaya, les ruines sont mieux conservées et les routes sont beaucoup plus adaptées pour les balades à vélo.

La visite de ces lieux terminés, je me redirige vers le centre pour profiter d’un agréable massage thaï d’une heure pour une modique somme de 180 bahts, relaxation et confort garanti… (Je me suis même endormie !). Retour à l’auberge de jeunesse pour une sieste afin d’essayer de récupérer de cette nuit blanche.

La journée se termine par un coucher de soleil depuis la partie centrale du parc historique de Sukhothai. À 18h00, l’Hymne national retentit et plus personne ne bouge, l’Hymne est ici très respecté.

9
nov
9
nov
Publié le 10 novembre 2018

Une bonne nuit de sommeil d'environ 10 heures était bien méritée, je me lève tranquillement et change mes plans. Demain je partirai pour le Vietnam. Je rejoins Julien que j'ai rencontré hier soir sur la terrasse de l'auberge et nous chillons toute la matinée avec un bon fruit shake, à la mangue pour ma part.

L'après-midi nous décidons d'un peu nous bouger le cul et allons nous promener dans le temple situé en face de notre auberge. Le Wat Traphang Tong, c'est un temple actif et il est possible de participer à des offrandes pour les moines afin de recevoir des bénédictions tous les jours à 6 heures 20. Il est également possible de nourrir les poissons dans les douves de ce temple, impressionnant le nombre de poissons-chats au mètre carré !

Nous continuons notre promenade dans un marché où nous trouvons de tout : de la nourriture, du textile, des ustensiles et même des amulettes ! Nous décidons alors de goûter à un peu de tout, la nourriture thaïe est un vrai délice ! (Alors oui, les normes hygiéniques ne sont pas très respectées, si la DASS passait par là...)

Nous continuons de nous perdre dans des rues annexes, où nous tombons sur une école, des aires de jeux, le lieu d'habitation des moines et même un crématorium...

Arrivés à proximitié du parc historique de Sukhothai, nous profitons de l'odeur de frangipanier à tomber par terre...

Une pluie sauvage s'abat sur nous le moment où nous décidons de retourner à l'auberge, nous voilà sauvés ! (quel karma !)

Pour terminer cette belle journée, un petit apéro bien mérité avec des Leo (bières locales) et des Makado (des sortes de chips/frites à l'algue Nori). Au final, lorsqu'on voyage seule, nous ne le sommes jamais 😀

Ce soir, je prends le bus en direction de Bangkok pour rejoindre l'aéroport demain et partir en direction du Vietnam !